52 objets - premières. Semaine - Arbre de Noël Ball

Je vergogne voler l'idée de ma marraine qui a fait les objets 52 l'année dernière. Vous voyez, ne savez pas où elle a eu l'idée de celui-ci. Elle a eu à son tour IDEA là dans le blog Helo .
.
Je aime vraiment la façon dont elle a roulé son projet, et quelle meilleure semaine pour obtenir mon premier de l'année?
En plus d'être une bonne excuse pour venir ici au moins une fois par semaine =)

Ce est quoi? Bal de Noël

Où avez? La Boîte de Noël à l'origine de M. W, qui ne se souvient pas où vous avez acheté.

Pourquoi at-on choisi? Il est venu dans la série de petites choses argentées, qui est un de ses couleurs préférées pour Noël.

Quelque chose de plus à dire sur le sujet? Un jour, quand je suis allé éteindre les lumières d'arbres, réflexions découvert par inadvertance cette boule qui était caché dans le dos. Ce était un moment philosophique de moyens pour moi car mettre tous les plus beaux ornements en face de l'arbre, et cette boule est un simple, avec des pièces en plastique, type de volé la vedette après que je ai réalisé que le détail. Espionné chaque jour à nouveau sans savoir si nous pouvons répéter le entrés à Noël cette année, et je ai pensé qu'il méritait le coup avant de prendre part l'arbre bientôt.

0 clic (s)

Une autre année passée ...

Ok ok, donc je suis plus la fille prodigue au blog de mère fière. Mais se il ya une chose que je essaie de ne pas manquer est le poste de la nouvelle année.

L'année dernière a avoué ne pas aimer le Nouvel An, mais quelque chose me tire maintenant à contempler, regarder en arrière et de se concentrer sur ce qui est à venir.

Poursuivant la tradition, ici, alors aller et rétrospective célèbre je étais sur cette terre pour une autre année!

Deux mille treize a commencé avec un sentiment étrange. Années impaires me font toujours mal à l'aise milieu, suspeitade moyenne que l'année sera boiteux. Mais je savais que ce serait une année de planification ceux qui semblent être directement à partir de la phrase «La vie est ce qui se passe pendant que vous êtes à faire des plans." D'une certaine manière les plans étaient aussi ce qui fait la vie se produire cette année. Nous avons apprécié toutes les options, chaque décision, chaque étape rayé de la liste.

Ce fut une année de bonnes choses. La naissance de cette et baptisé le propriétaire B . était un moment fort pour vous, et incomparable avec ne importe quel autre moment de l'année.

Mais il y avait d'autres points forts aussi. Nous sommes allés au Brésil dans un style toujours uni-familiale volonté-won. M. W est arrivé avec deux petites gens de se déshabiller tour et la famille W. allé sur le podium voir le défilé du Carnaval en Anhembi, chutes d'eau dans Sprout, petit groupe jouant dans la place en arrêt rapide à Pocos de Caldas, paient téléphone au format perroquet à São Lourenço. Gravez vos pieds dans le sable de Copacabana, reste dans les eaux de Angra, nous chauffer et de panne de courant à Paraty. Un voyage qui a laissé beaucoup d'histoire à raconter.

Eu Formule 1 Monaco. Ces voyages vous ne avez jamais croire qu'il va faire. Mais M. W une fois de plus m'a surpris (ce était la deuxième surprise de mon anniversaire !) et était un meilleur voyage que je ne aurais jamais rêvé.

Encore une fois l'afilhadona Dona G. et ma mère sont venus passer les vacances de juillet avec nous. Cette fois, le plaisir était pour la mère, nous sommes allés à regarder l'idole Maastritch Andre Rieu, avec petite pause à Amsterdam dans le dos. Avait piscine dans la cour, et des promenades sur la base de grands événements 2014 plans pro :) Un délice d'avoir ses participants plus juntinho et aider à des décisions difficiles.

Eu mariage à Jersey d'un ancien chef à devenir la famille, avec une promenade à travers la charmante île, et jusqu'à minuit partie.

Deux mille treize a été une année où nous ne avons pas perdu tout le monde et pour cela je suis reconnaissante. Tous avec la santé et la protection.

L'année a apporté de nouveaux bébés, et Dona B. venu dans le monde Dona A. fille de amigona LFR., Qui trouvent toujours un moyen de nous voir, ne importe où dans le monde nous sommes. Aussi avait Dona G, seconde fille de R. qui est l'un des meilleurs amis depuis le lycée. Fin de la pépinière, eu une autre fille! La fille de Dona F. L., un de ses amis qui est venu dans les bagages des amis de M. W.

Dans le service, il y avait des déceptions, mais il y avait de nombreux prix et distinctions. Vous ne pouvez pas se plaindre. Je ai gagné l'Euromillions, mais pas plus de 10 livres, ce qui est mieux que rien $ -)

Entre haut et bas, je ai perdu £ 8, qui est une surprise que seulement allé voir quand je ai vérifié les numéros à mettre sur le blog. Surpresona, me semblait qu'il avait été moins, mais je suis très heureux avec le progrès. Ce était un mélange de l'exercice et l'éducation nutritionnelle. Pas de conseil, une astuce ou un régime fou.

Dans la vie virtuelle, était un autre blanc de l'année. Je écris un post à ce sujet précisément, mais disons qu'un medinho mixte trop paresseux pour revenir, étaient responsables. Si je reviens cette année? Qui sait? Je pense que nous devrons attendre la rétrospective 2014 pour se assurer! : P Mais je avoue que je pense toujours à ceux qui ne reste en contact virtuellement, et parfois manque l'interactivité.

Pas plus, tous les grands et tout calme. Juste comme je l'aime.

Continuer avec le seul but me soit se concentrer sur les idées 2011 . Le Soyez le changement que vous voulez dans le monde.

Inspiration pour l'année, choisissez cette fois seulement une phrase, je ai reçu comme source d'inspiration ce matin:

"L'art de vivre réside moins dans l'élimination de nos problèmes que dans de plus en plus avec eux."
- Bernard Baruch
"L'art de vivre est inférieure à éliminer nos problèmes que dans de plus en plus avec eux"

Et je répète ce que je ai dit l'an dernier, car il est toujours vrai:

Pas de nouvelle année est juste complètement heureux. Même si certains mequetrefe que vous fermez le phare, aura toujours certaines périodes de l'année où le serpent fumer, et devra années qui vont être apathique, où rien ne se passe bien. Donc, je veux une bonne année pour vous.

Forte, car vous avez une bonne santé.
Forte pour vous protéger de toute violence et de toute tragédie.
Forte si et quand vous avez des moments tristes, nerveux, anxieux, négatifs, vous avez la force de sauter les obstacles.
Fort mentalement et avoir la sagesse de reconnaître ce qui vous rend heureux et profiter de ces moments de joie, toujours!

0 clic (s)

Une autre année avec lui à mes côtés

Il et elle. 12 A, 8 et 10.

Aujourd'hui, ce est son jour.
Sans lui, je ne existerais pas, et ne serait pas assis ici aujourd'hui, écrit cette déclaration d'amour.
Sans elle, je pourrais même être quelqu'un d'autre, dans un autre corps, et d'autres expériences.
Mais il est la moitié de ce fait et ne qui je suis encore.
Aujourd'hui, ce est son jour.
Lui, qui m'a porté sur ses genoux alors je suis né et me berçait sur ses genoux pendant de nombreuses années à venir.
Celui qui a travaillé dur et payé mon éducation dans les écoles et collèges privés. Celui que nous avons rencontré sur la première sortie au cinéma après le travail avec des paquets de Amendita après Blanche Neige et plus Fievel commencerait.
Celui qui a acheté notre premier magnétoscope avec la police et les frères Guy Twins bande-tour pour assister à tous les pop-corn éclaté manger ensemble dans la casserole.
Aujourd'hui, ce est son jour.
Celui qui, comme on dit ici "a remporté ses démons" dans le nom de la famille. Me enseigner une leçon que personne d'autre ne pouvait, la volonté, la priorité et de l'amour.
Il espérait dans la voiture avec deux maussade tandis qu'un autre (le temps de rotation, bien sûr) est allé avec elle à faire l'achat dans le mois au supermarché.
Celui qui était le photographe de la famille, et instigateur en moi la passion de se inscrire à l'étape où et ce que je vois.
Aujourd'hui, ce est son jour.
Celui qui était l'un des rares parents qui obtiendraient par la porte de l'école, et invente des jeux pour nous divertir pendant que nous attendions qu'elle a fait le travail. Jouer de se rappeler les voitures plaque, d'équilibrer les billes coupées de la place qui donnait à la terre de bruine. Pour dire ce que nous avons appris à l'école.
Celui qui a mis nouvelles à la radio à la radio, chercherait tous les journaux dimanche dans le secteur bancaire, et ne permettrait pas (et laisse encore) à assister à au moins deux "journaux" nuit et nous a appris l'importance d'avoir des connaissances et de l'opinion sur le monde autour de nous.
Celui qui a également mis à la radio de musique classique et est responsable d'une de mes chansons préférées être Boléro de Ravel. Et l'un des groupes préférés Sois Beatles.
Celui qui nous a appris à écrire à apprendre à lire. Et nous prendre tous les samedis retourner un livre et choisir un nouveau dans la bibliothèque.
Aujourd'hui, ce est son jour.
Celui qui m'a passé dans l'ADN mal-amour de ceux-qui-donne-attaque dans le cœur du football, Palmeiras et Bragantino que par gré ou de force ont également dépensé un goût pour la Formule 1.
Celui qui a acheté un livre de Disney expliquant tout sur les Jeux Olympiques à nous apprendre sur tous les sports, et nous lisons penchant sur la table, tous désireux d'avaler les pages du livre principalement au cours de Jeux Olympiques scolaires.
Celui qui serait dans les Jeux Olympiques de l'école de jeux, et crié, encouragé et formé (handball le saut en longueur) de comprendre l'importance de participer et pas seulement pour gagner.
Aujourd'hui, ce est son jour.
Celui qui nous a enseigné échecs et les dames, et qui à ce jour est toujours invaincu à la maison, mais avec trois trophées de ses héritiers, l'un d'eux a remporté par le plus jeune par plusieurs vérifier le pasteur, il a également enseigné.
Celui qui nous a appris l'importance d'économiser l'argent pour, comme on dit ici, un jour de pluie ", un jour de pluie". Qui, avec elle, m'a dit de mon premier chèque de paie profiter moitié et mettre la moitié des économies.
Celui qui est allé à l'université pour devenir une meilleure personne avec 3 petits enfants à la maison, dire au revoir et profiter de parents qui attendent arrivent vendredi école.
Aujourd'hui, ce est son jour.
Celui qui était le pilote officiel, nous prenant de haut en bas. Parfois moitié maussade, à demi fermés, parfois bavard et excité, mais toujours en toute sécurité et de la patience.
Celui qui nous a pris à manger Esfiha et kibe brut. Ou un barbecue ou une pizza.
Celui qui nous a emmenés au bureau, le nettoyage, faire serrure, aller voir la nouvelle acquisition. Et laissez-nous jouer de gens formidables. Ou une fois pour aller à lancer un bâtiment et se rapprocher là vessies qui ont été loin de donner, ces pailles arrêtés.
Aujourd'hui, ce est son jour.
Celui qui nous vérifions les factures, "battre" les résultats de l'expert-comptable.
Celui qui a donné l'astuce pour moi de ne pas être comptable, mais suit la carrière de la technologie. Il est allé avec moi que, jusqu'à la station de métro de l'après-midi, et l'année dernière obtiendrait dans la nuit du fédéral.
Celui qui a dit, et toujours dire que McDonalds ne est pas la nourriture, est styromousse.
Aujourd'hui, ce est son jour.
Il demande qui religieusement vendredi pizza. Et manger rouleau de mozzarella. Et comme le salami, plaquette "vafer" Halawe, crème glacée "abaixaaqui» et soupirer.
Celui qui savait si nous étions vraiment faim à la recherche dans notre oreille.
Il a joué ce cheval. Et la religieuse leva la main pour moi. Juste une pincée gagné par l'entêtement et de défi. Première et dernière et elle m'a dit qu'il regrette à ce jour.
Aujourd'hui, ce est son jour.
Celui qui a donné le rire, rire aux larmes au moment du coucher.
Celui qui est une encyclopédie vivante. Qui sait tout sur tout et ne cesse d'apprendre plus.
Celui dont je ai tiré l'amour de bibelots, de profiter de rester à la maison et l'introversion précieux.
Celui qui a acheté le bracelet lorsque "tourné fille" et qui a fait toute l'expérience qui a été traumatisante être plus positif.
Aujourd'hui, ce est son jour.
Celui qui nous a donné deux frayeurs. Un ulcère et le cancer. Mais fort et ferme toujours avec nous, une partie, aider, aimer, encourager.
Celui qui lit et commente sur chaque poste, en passant l'amour de l'autre côté de l'océan.
Celui qui paie et parfois obtiendra, tout mon "veut manger" quand je suis là. Soyez churros, pastel, pizza au poulet et Catupiry ou quatre fromages.
Aujourd'hui, ce est son jour.
L'une des personnes que je aime le plus, je admire et manque le plus du peu de terres ne pas être la célébration de cette journée si spéciale pour lui.
Celui qui ne voulait pas croire que je ne retournerai jamais dans Terrinha de vivre à nouveau, et que me brise le cœur chaque fois que je pense à ce sujet.
Celui qui est venu ici quand je ai promis que se il venait, je voudrais arrêter de pleurer à l'aéroport adieu.
Et je ai appris, et quand nous voyons à nouveau, est toujours que de la joie, des embrassades, tapes et bonne chose.

Aujourd'hui, ce est son jour.
Il, que vous ne pouvez pas décrire, vous ne pouvez pas le faire rentrer toutes les bonnes choses que nous avons ensemble un billet de blog, une lettre d'amour, un livre sans fin.

Lui souhaiter un anniversaire sans beaucoup de désordre et de bruit, de bonnes nouvelles et de bonnes choses.
Souhaite qu'il sache combien il m'a appris, combien il est aimé et admiré par cette petite personne ici.

1 clic (s)

Noël approche, est venue de Noël ...

Et pour fêter, M. W suggéré aller un petit saut à Cobham pour déjeuner et voir les commerces locaux indépendants.
Cobham est aujourd'hui un village du comté de Surrey et où est le centre camp de concentration de la formation Chelsea (merci papa!). M. W à expliqué qu'il y avait des plaintes lorsque Chelsea se sont installés là, les résidents ont dit qu'ils ont fait le voisinage commun et appauvrie d'apporter de nombreuses personnes sur le site.

Je pense en fait ce qui a aidé à maintenir charmosinha Cobham, avec ses boutiques et restaurants indépendants et authentiques. De nombreux villages ont succombé à la réseau de magasins ou la charité et pubs fermés ou ont été vendus à de grandes entreprises, de perdre leur identité (sous réserve pta un autre jour ...).

Alors nous sommes allés. Pour dire la vérité, je ai trouvé un plaisir d'y magasiner. Nous pensons que beaucoup de petites choses mignonnes et pas trop cher pour les cadeaux de Noël, et loin des centres commerciaux Fua et villes centrales, a passé trois heures de promenade et a vu passer le temps, ne se réalise que lorsque le assombri 16 heures était déjà même à venir.

Et qu'il était donc notre samedi dernier:

Belle cheminée, des couleurs douces et lattes de bois sur le plafond. Comment ne pas aimer?

Ceux qui nous connaissent savent que nous ne sommes pas de grands fans de sauter hors du lit le matin, puis se est réveillé à temps pour embelezarmos et aller pour le déjeuner. M. W avait vu dans le magazine de comté (11 ans plus tard et sonne toujours étrange à dire que nous vivons dans un «comté» :)) ) Nous signons sur le pub-restaurant " Old Bear "et je ai vérifié qu'ils étaient entrés dans la liste des recommandations de bonne réputation" Good Food "alors nous fixer une réservation pour midi trente.

Le pub est à droite sur l'entrée de la ville par la façon dont nous l'avons fait, juste en face du parc Cobham, et en dépit d'être une bonne chose, nous quittons le parc pour une prochaine fois.

Nous sommes arrivés environ 10 minutes à l'avance, mais le personnel nous a déjà conduits à notre table, elle était prête avec les menus. Comme nous l'avions déjà bavé menus en ligne, nous savions plus ou moins ce que nous demandons.

Le changement peut être pour le mieux !!

Mais quand nous sommes arrivés et avons vu le menu de Noël, changé nos esprits. Mon entrée a changé fromage de chèvre poulpe pané pour panés (même que M. W demandé). Mon plat principal poulet pané changé pour potiron gnocchi au fromage de chèvre et beaucoup de salade de roquette au parmesan. M. W - sans surprise - a continué avec son hamburger et des frites.

Les gnocchi, sans dépenser beaucoup de saveur de citrouille était di-vi-in. Ce était la seule gnocchi je ai jamais mangé ici que vécut jusqu'à ce que ma grand-mère a fait et L. ma mère fait encore. La vinaigrette ils font à la main était assez savoureux et parfaitement complété le plat.

Le hamburger M. Double arbre W, l'explication étant que la livraison a été faite de mauvaise taille plus petite que d'habitude afin qu'ils doublaient le montant aux clients. Ce était délicieux trop et je avoue que je ai volé des pommes de terre au romarin et le sel et il était difficile de me contrôler pour ne pas poser beaucoup juste pour moi.

Et depuis que nous étions là, nous avons décidé de commander des desserts.

Même l'huile d'olive était charmant, avec de la lavande et du poivre pour donner une saveur différente!

Mais également eu l'idée de changement dans ce temps. M. W allait demander le dessert au chocolat, mais modifié pour la tarte aux noix de pécan. I - sans surprise - commandé le banoffee dimanche (bananes de caramel + / Tofee).

Je étais tellement distrait et détendue, qui n'a même pas réalisé que le géant dimanche ils ont apporté était le chocolat! @ -) Attendait les bananes apparaître à la fin du verre! Après que nous avions mangé près de la moitié, est venu le directeur du restaurant, demandant mille pardons et apportant le droit dessert. Après une très longue résister et insister très ;) nous obtenons les deux dimanches. Je ai changé mon verre et attaqué mon dessert préféré.

Malheureusement, nous ne pouvions pas terminer une des dimanches ou des deux. Autant que nous essayons, nous ne sommes pas habitués à manger autant et a dû quitter rechange. Mais la gauche de pitié. Les desserts étaient délicieux 3.

Le prix total (avec refris) était de 52 livres. Qu'est-ce pour deux, menu 3 plats, voici bien en compte.

De là, nous sommes allés la digestion se promener autour de la ville:

A toujours caché quelque part ...

Cobham possède un petit centre, seule une rue, mais très bien entretenu. Les gens sont sympathiques, sourire, et sans précipitation et le visage fermé aussi facile à trouver ici dans une fin de l'automne de jours.

Nous nous sommes arrêtés dans un magasin de bijoux - je devais sonner la cloche pour ouvrir la porte personnellement - de changer une batterie regarder M. W. Bien que je ai un peu de réflexion suspect qui ferait payer l'oeil du gars et les jambes de pantalon, la surprise a été lorsqu'elle est chargée £ 15, le même prix qui serait chargé au centre commercial. Et ferait le travail en 30 minutes. Nous quittons les horloges là et nous continuons le tour ...

Toujours faire librairies comme autrefois!

Premier arrêt: Cobham Bookstore . M. W juste adore aller dans les magasins de livres indépendants. Depuis que je l'ai rencontré, sorte de reçu la sensation de trop, et bien sûr nous ne pouvions pas laisser que l'on va. Très fofoleta, aimé regarder les gens à l'intérieur du magasin, et je ai acheté deux livres. Un jardinage, " Quelle plante quand "et le nouveau" Terry Pratchett Déraillé "Je ai acheté comme un cadeau de Noël à M. W.

Soldats de plomb sont une faiblesse de la mine ...

Suivant à la librairie, ne pouvait pas résister à la " Art de Vivre ". Gadget est une autre chose que nous avons peu de résistance à la tentation. Nous avons acheté un moulin appoint d'ail , quelques goodies pros neveux, et un pilon avec un bol nous avons manqué un autre jour.

Nous passé devant un magasin de jouets indépendants (plus rare cette librairie aujourd'hui) et bien que nous ne achetons pas quoi que ce soit cette fois, je ai dû enregistrer le soldat de plomb - mais dans plus d'un angle - et son ami M. Playmobil.

Le Queen avec petit ruban dans les cheveux et la vente de tomates en conserve. Priceless.

Malheureusement, le magasin de bonbons / village boulangerie a été fermé. Mais ne pas se arrêter pour admirer la maison de Noël traditionnelle faite de gingembre?

La petite troupe de bénévoles jouait des chansons de Noël pour amasser des fonds pour un organisme de bienfaisance qui se occupe des enfants. Cliquez et £ 1 pour la sympathie de vous qui a fait revoir à la caméra sans moi même réaliser et en tirant un sourire le photographe après que l'image avait été touché.

Cobham est aussi l'histoire!

Comme il passait la petite troupe a vu le signe expliquant que Cobham était dans la "piste creuseurs." Un mouvement qui a commencé à Surrey en 1649, deux mois de l'exécution du roi Charles I. Les pelles cavocavam la terre pour faire l'engrais commune, et lui a fait cultiver de la nourriture et de montrer que tous ont droit à profiter de la terre et ses fruits. Ils croyaient que la bataille contre la pauvreté, la faim et l'oppression pourrait être gagnée que si la terre ont été utilisés comme "Trésor communautaire pour tous." Je veux visiter le musée de pelles, et quand il ne vient donc retour à en dire plus sur son histoire.

Dans Lemon Tree , acheter des bougies (nous allumons pour regarder des films) de quitter la maison avec l'odeur de Noël.

Bonhommes de neige Jack (Johnny Homme de neige) a volé la vedette.

Nous avons fini la tournée en Maison Blanc . Créé par le célèbre chef Raymond Blanc, est un magasin de bonbons pour les yeux et l'estomac. Nous avons tenu sur et acheté seulement Jack bonhommes de neige (petits gâteaux, le célèbre petit bébé avec une couverture épaisse fouettée) et macarons. Les Jacks étaient, un délice très doux et humide le foulard est un dessert à partager! Nomnomnom = P ~

Conservez les macarons à manger le lendemain et ne pas savoir si ce était parce que nous en dehors du réfrigérateur, mais bien savoureux, étaient à sec et l'consistance moitié tort.

En conclusion, il valait la peine d'avoir été à Cobham et bien sûr de retour!

Une chose à noter, nous avons trouvé très beau samedi "Little Shop" American Express fait pour promouvoir le shopping dans les magasins indépendants. Chaque début de £ 10 nous passons, nous gagnons £ 5 retour à crédit. Je pense que nous avons fait £ 15 à l'époque les douceurs de la Maison Blanc est sorti gratuitement, ce qui les rend encore plus délicieux!

Le dimanche décorer la maison et alluma les lumières de Noël, demain, ce est le dîner de Noël à la maison de quelques amis (dont certains qui ne voient pas d'un 6 mois!) Et puis nous sommes allés passer Soton de Noël se faire dorloter et engraissés par sogritcha jusqu'à notre retour La nouvelle année.

Ah! Alors que la promotion des organismes de bienfaisance qui aident ce Noël: Crise : Comme nous le faisons chaque année, nous avons acheté deux sièges pour les dîners de Noël pour les personnes qui sont sans abri, et fait don de l'argent à la Croix-Rouge britannique , qui a dû retourner à aider les gens dessous du seuil de la pauvreté au Royaume-Uni.

Voici donc mon désir pour un grand Noël pleine de bonnes nouvelles, la santé, l'amour et la paix pour tous.

Le sentiment qui réchauffe nos cœurs à ce moment toucher leurs maisons et tout autour de vous.

1 clic (s)

Un lien plus que spécial

Plus to'm parent assez bizarres (un sponsor plus ou moins étrange) que pour parrain (marraine)

Rappelez-vous que je ai dit mai je avais gagné deux cadeaux d'anniversaire de super

Eh bien oui, on était l'invitation à être la marraine Q. fille, mon meilleur ami ici en Angleterre. Pour ceux qui ne connaissent pas encore, je ai une nièce, filleule douce, Mme G., maintenant 7 ans, fille de mon frère.

Personnellement, je aime être marraine. Mimo, je suis en colère, boucle d'oreille, prenez la marche et parfois même donner pitaco dans l'éducation, bien sûr sans me impliquant un grand nombre et demi, parce que non avoir des enfants alors qui suis-je pour intrusion?

Je aime être appelé marraine et essayer de créer ce lien avec mes filleuls, tenter de créer cette amitié, cette chose spéciale! Toujours se rappeler que réalisé la différence entre mon parrain (qui est ma grand-mère maternelle) qui est le "Dinda" de toute la famille, même les gens qui ne ont pas été filleul! Je ai toujours senti un peu exclus de l'obligation qu'elle est ma marraine (en regardant le syndrome de l'enfant milieu où les gens : - " ) Et je essaie de faire cette différenciation avec Mme G., et je vais essayer la même chose avec Mme B.!

Mais bien plus que cela, fait également partie des copains à forfait et commères. Le fait qu'il a été choisi à la fois pour mon frère que par Q. me fait me sentir tellement aimé, tant aimé. Une reconnaissance que je admirais, et confié un rôle particulier dans la vie de vos enfants, vos biens les plus précieux. Et que la louange ou un geste mieux et plus grand que ce qui peut être attendu d'un frère, ou même plus rare, un ami? Je pense que plus de la bénédiction et les demandes et les promesses que nous faisons dans l'église, le vote de confiance que nous serons présents dans leurs vies pour toujours, et avec une influence positive, ce est ce qui rend ce moment et le reste de nos vies si particulières.

Garder une partie de cette comparaison de la vie ici et là, de ne pas comparer été baptisés, et comme mes relations avec ces petites gens spéciaux?

Au fur et a été avec Mme G: Le nom de Dona G était dans l'église luthérienne. Une philosophie que je admire et suivre certains, serait mon choix. Il a été, après de venir ici, et nous besoin de quelque chose sans les tracas de cours, d'avoir à aller sur X fois l'église, mais la validité qu'il recevrait la bénédiction et serait les sponsors officiels. L'église était petite mais était plein, ce était un beau service du dimanche, avec Sun, et quelques amis de copains se présentent pour l'occasion spéciale. Dona G. n'a pas pleuré (Je me souviens), mais chanté! Elle a chanté pendant le service, même dans les moments de silence. Le service était super mignon avec les mots du pasteur Ernani qui réchauffait nos cœurs. De là, nous sommes allés dans le monde entier (si je ne me trompe pas environ 20 personnes) pour célébrer grill, d'échanger des cadeaux et de prendre beaucoup de photos.
Dona G. a pris un certain temps pour me appeler marraine et je avoue que ce était une sorte de «taxe», et l'est encore. La proximité de la courte nom de ma sœur marraine, le confondre un peu et il était plus facile d'appeler tante Lelei. Mais nous ne contestons marraine, même si parfois elle veut changer de nouveau, aujourd'hui, elle vient crier quand vous me entendez sur le téléphone "marraine, marraine!" Et je avoue que je aime. Nous avons une amitié chaude, elle m'a dit des choses scolaires, l'Kumon, les manèges. Vents secrets que la grand-mère ne peut pas entendre et jouer à dessiner et à faire leurs devoirs ensemble sur Skype où la grand-mère laisse. Malheureusement le parrain moyenne qui a été perdu dans la foule, mais il est sûr de sa perte. Mme G est une fille espiègle, très intelligent, qui est celle penteiem déteste ses cheveux (ainsi que la marraine) et je suis très fier de l'avoir comme ma filleule.

Au fur et a été avec Dona Dona B. B déjà été baptisé en torchis (Église d'Angleterre) qui est l'Église anglicane. Compadre veulent pas l'église que ce ne était pas "officiel", puis nous sommes allés. Le temps était réservé seulement pour les baptisés et compères ont décidé que seuls les grands-parents, parrains et marraines paternels seraient invités. L'Église était de taille moyenne, mais remplis de l'amour que nous ressentions tous pour B. Certaines personnes dans la communauté sont arrivés un peu après la cérémonie - effectué par un vigári un - a commencé. Dona L., la sœur aînée de B. se est amusé à courir dans les couloirs de l'église, autant que la grand-mère a essayé d'enseigner ce était irrespectueux. Je ai presque "volé" B. la cérémonie, lorsque le temps d'allumer la bougie qui fait partie du rituel, l'a emmenée pour essayer de faire son sommeil. Mas a vela foi acendida por L. e os compadres, e tudo foi curtinho mas muito significativo. O batizado não é cobrado, mas os pais fazem uma doação para a ingreja, que vai no envelopinho e sem ninguém saber quanto foi.
De lá fomos pra “Carvery” que é tipo um pub-restaurante onde fazem carnes assadas (tinha frango, gamão, e carne de vaca) e buffet de molhos, saladas e legumes à vontade. Nos empanturramos, comemos o bolo (que eu como madrinha comprei e decorei) e os padrinhos pagaram a conta antes de uns minutos no parquinho brincando com L. e colocando a conversa em dia com os compadres. Fomos embora com sorrisão de orelha a orelha. E agora Padrinho compra presentinhos pra B. dizendo que “tem que colocar mais esforço, porque afinal ela é a afilhada né?”.

Dois dias em minha vida que nunca esquecerei, levarei pre sempre comigo. Onde quer que minhas afilhadas estejam, espero estar com elas, pra o que der e vier, precisarem e quiserem. E serei sempre grata aos compadres que me escolheram para receber esse presentão tão lindo.

1 clique(s)

Mais um ano com ela ao meu lado.

Ela. Uma de 2. Um de 1. Uma de 4.

Hoje é o dia dela.
Sem ela eu não existiria, e não estaria sentada aqui agora, escrevendo essa declaração de amor.
Sem ela, eu poderia até ser outra pessoa, em outro corpo, tendo outra experiência.
Mas ela é a metade que fez e ainda faz ser quem eu sou.
Hoje é o dia dela.
Ela que me alimentou, me cobriu, me carregou.
Ela que telefonava no berçário e não falava nada pra ouvir se eu estava chorando, e que acabava me ouvindo cantando pros outros bebês.
Ela que me dava 4 chupetas ao mesmo tempo, pra cheirar, pra brincar no dedão do pé, na orelha, na mão.
Hoje é o dia dela.
Ela que colocou comida quente na minha boca pra eu aprender o que é quente e aprender ter paciência e acreditar que mãe nunca mente.
Ela que me ficou horas cuidando de mim nas crises de bronquite, com o paninho molhado no álcool e “vicvaporub” nas noites em claro, nos plantões de inalação, nas saídas do serviço pra me buscar na escola
Ela que me mandou pra homeopatia e acupuntura e que finalmente curaram as crises.
Hoje é o dia dela.
Ela que pagou um dinheirão no aparelho capacete. Ela que mandou eu parar de usar o aparelho porque judiava muito de mim. Ela achou uma clínica-popular-esquema-faculdade de ortodontistas la na PQP pra colocar meu aparelho e endireitar meus caninos, resultado de dentes grandes que puxei dela e da arcada pequena que puxei dele.
Ela que nunca levantou o braço pra mim.
Ela que me ensinou que se mentirmos onde estamos, ninguém vai acreditar se telefonarem dizendo que houve um acidente com a gente e por isso ela não iria nos socorrer (tacada de mestre, não sei mentir pra ela e pra ninguém até hoje!)
Hoje é o dia dela.
Ela que me ensinou das coisas que existem entre o céu e a terra e me deu liberdade de acreditar e seguir o que meu coração e minha alma escolheram.
Ela que me ensinou que não há vergonha em arregaçar as mangas para serviço doméstico, mas somente depois que a família está feliz, alimentada e com a lição feita, sem neuras.
Ela que levantava mais cedo pra fazer “as lancheira”.
Ela que ensinou que coisa de marca é bobagem, e o que vale é a qualidade que se paga, no bolso que se cabe.
Hoje é o dia dela.
Ela que nos levava nos McDonalds toda sexta-feira depois da aula.
Ela que deixava a gente fazer picnic de domingo na sala minúscula, com frango frito – ela que se queimava fazendo frango frito! – macarronada e suco de laranja, assistindo trapalhões.
Ela que nos ensinou o valor da mesada, o dinheirinho que não ganhávamos, mas era dado pra pagar um brinquedo todo mês no valor do que merecíamos.
Ela que sacrificou sua carreira em nome de sua presença com a gente, mas que continuou trabalhando, nos mostrando que o homem é seu trabalho.
Ela que pegava ônibus com um de 2, uma de 4 e uma de 6.
Hoje é o dia dela.
Ela que foi pra faculdade se tornar uma pessoa melhor com 3 crianças pequenas em casa, dizendo tchau e gostando de ficar esperando os pais chegarem da faculdade de sexta-feira.
Ela que achou aula de italiano no Albino pra eu fazer.
Ela que me empurrou pra fazer Escola Federal e que traçou o meu destino por tê-lo feito.
Ela que pagou balé, natação e hidroginástica.
Ela que pagou Kumon – matemática e japonês.
Ela que me deu conselhos, enxugou minhas lágrimas, me guiou pela minha vida.
Hoje é o dia dela.
Ela que decorou nosso quarto com papel de parede cor-de-rosa cheio de carneirinhos e nuvens, lembrança boa e confortável pro resto da vida.
Ela que separava o irmão dos cabelos da irmã.
Ela que deixava a gente brincar no serviço dela como se fôssemos gente grande.
Hoje é o dia dela.
Ela que deu gargalhadas, risadas até chorar na hora de dormir.
Ela que deixava a gente brincar até de noitinha no parquinho.
Ela que me ajudou a aprender a taboada.
Hoje é o dia dela.
Ela que foi a pessoa que me levou ver Palmeiras pela primeira vez no Palestra.
Ela que organizou a festa de aniversário no salão com amigos e peça de teatro, e a festa de 15 anos na casa da tia com as melhores amigas.
Ela que paga um dinheirão pra passar férias.
Hoje é o dia dela.
Ela que é um terço do meu porto seguro até hoje
Ela que é um terço do meu livro de conselhos até hoje. E eu nem ameaço ir contra o que ela diz que é o certo a fazer.
Dela puxei além dos dentes grandes, o cabelo enroladinho, o tamanho do sutiã, o senso de justiça, o pezinho pequeno.
Ela que ainda me ensina, me consola, me acompanha, me abraça gostoso, me beija bom dia e boa noite (quando estamos sob o mesmo teto), que tem atos de serviço como demonstração de amor e que coloca todo mundo na frente do seu bem-estar.
Hoje é o dia dela.
Uma das pessoas que mais amo, admiro e que sinto mais falta de não estar na terrinha celebrando essa data tão especial com ela.
Mas ela também me ensinou que todo dia é dia de aniversário.
E eu aprendi, e quando nos vemos de novo, é sempre só alegria, abraços, fofoquinha e coisa boa.

Hoje é o dia dela.
Ela, que não dá pra descrever, não dá pra fazer caber todas as coisas boas que fizemos juntas num post de blog, numa carta de amor, num livro sem fim.

Pra ela desejo um aniversário cheio de “balinhas”, boas notícias e coisas boas.
Pra ela desejo que saiba o quanto ela me ensinou, o quanto é amada e admirada por essa pessoinha aqui.

1 clique(s)

Seriam os ingleses anti-sociais?

Importante ter amigos…

Já faz um tempo que não escrevo sobre a vida na Inglaterra, então vou escrever sobre algo que prometi lá em 2011, no finzinho do post sobre pessoas introvertidas , quando disse que escreveria sobre o mito de que os brtitânicos são frios e anti-sociais.

Preciso começar explicando que essa é a minha experiência e que de forma alguma eu pretendo generalizar todos os britânicos.

Depois de 10 anos nesse país, percebi que na verdade de frio, os britânicos com os quais eu lidei, não têm nada. Mas a personalidade deles é mais introvertida. Ou seja, eles não vão invadir o seu espaço, a sua privacidade, os seus horários.

Mas conheço britânicos extrovertidos (na maioria escoceses) e britânicos que fizeram amizades com seus vizinhos, com pessoas que conheceram durante as férias, ou que trabalharam juntos.

O que existe é uma resistência de ser como – a maioria dos – brasileiros. Aquela coisa livre e que pode ser muito boa de fazer churrasco em cima da hora, de chegar 3 horas atrasado, de ligar qualquer hora do dia ou da noite pra conversar. De fazer festa no meio da rua e de que qualquer desculpa é boa pra uma bagunça.

O maior aspecto é que mesmo quando se faz amigos, as amizades são diferentes. Não existem muitos livros abertos. Os britânicos reservam seus problemas, suas neuras, seus segredos para um grupo seleto de pessoas, ou somente para eles mesmos. Não existe muito chororô ou reclamação. Os encontros são para falar de coisas interessantes, felizes, positivas e colocar a conversa em dia. O que está acontecendo em nossas vidas, quais são nossos planos, o que mudou desde que nos vimos da última vez.

Rola muito álcool. Muito vinho, muita cerveja, muita coca-cola com vodka e muita cidra. Mas de novo, existem os alcoólatras, os que sabem beber, e os que não bebem nem uma gota. Muitos bebem para soltar a inibição, e se socializarem sem vergonha. E todos, na maioria das vezes, e na minha experiência, se entendem.

Agora um dos pontos que muitos brasileiros estranham quando chegam aqui é o fato da dificuldade de se conhecer e fazer amigos. Para ser sincera eu não consigo identificar se é um problema porque quando a gente vem para cá, já somos adultos e todo mundo já tem suas amizades formadas (pesssoal que mora no Brasil ou em outros lugares no mundo, como é fazer novos amigos por aí?) , ou se é porque nos identificamos melhor com outros brasileiros e o grupinho acaba sendo o mesmo. Tenho exemplos de uma amiga inglesa que fiz onde trabalhei, e uma vizinha inglesa com a qual tentei criar um vínculo e que acabou não firmando. O restante dos amigos vieram da bagagem de Mr. W, ou são estrangeiros.

No meu exemplo também, por ser introvertida, não sou de precisar ou querer muitos amigos. Sempre fui de poucos amigos, aqueles de novo, que sabem todos os meus segredos e perturbações. Gosto de coleguinhas, que fazem um papel essencial de trocar notícias, opiniões, conselhos, de elevar a auto-estima por nos fazer sentir queridos.

A verdade é que o fato de onde uma pessoa vem não vai facilitar fazer essas amizades. Só porque alguém é brasileiro, não quer dizer que o entrosamento vai acontecer. Tenho muitos exemplos em que não rolou. Só porque alguém é britânico, não quer dizer que vão ser antipáticos, frios e distantes. Tenho muitos exemplos de pessoas queridíssimas que são britânicas.

Mas provavelmente vai querer dizer que para conhecê-los você vai precisar de um ambiente (trabalho, vizinhança, academia, escola, parceiro) e para encontrá-los você vai precisar umas boas semanas de antecedência, e quando se encontrarem, a conversa não será muito de íntimo pessoal, o que cá entre nós, brasileiro vive falando pra cada um cuidar dos seus problemas, não é o ideal? : -bd

Então fica registrada aqui a minha opinião. O britânico pode ser percebido como frio e distante por não serem tão calorosos e próximos como brasileiros podem ser. Mas isso seria mais um ponto de vista, uma percepção e que se você vier para cá, pode causar um choque. De não ter pessoas estranhas conversando com você, de narizes enfiados em jornais e telefones quando você estiver no trem ou no metrô. De caras fechadas cruzando a sua andando na rua. Mas se a sua experiência for a mesma que a minha, com o tempo você vai ver que é uma questão de adaptação e de ajustes. De ter que suar pra conseguir fazer amizades e coleguismos darem certo. E que com o tempo fica difícil manter o sorriso com o tempo cinzenta e ventinho frio soprando no rosto (incrível como o clima muda a fisionomia do pessoal aqui nessa terra) e quando voltar pro Brasil o que vai te chocar é como os brasileiros têm se tornado cada vez mais como a percepção que temos dos ingleses .

Notinha : Para esclarecer um mal entendido que pode acontecer quando usando a língua inglesa, o “anti-social” na verdade aqui é traduzido como bardeneiro e maloqueiro. São pessoas que causam uma problema para sociedade e daí vem o anti-social. Pessoas que que arrumam brigas, que ouvem música muito alta, que andam de moto onde não deveriam, etc. Essas pessoas podem receber uma ASBO (anti-social behaviour order – ordem pública de comportamento anti-social) e serem proibidas de freqüentar certos locais, de terem rádio dentro de casa, ou até de serem expulsas de onde moram.

5 clique(s)

Li e aprendi: Nove minutos com Blanda

Não que eu não tenha um monte de coisa pra desabafar, discutir, começar polêmica. Mas o que tenho tido ultimamente é preguiça de escrever meus posts mais ativistas. Muita caraminhola na cabeça mas muitas de coisas que já escrevi aqui.

Semana passada, ganhei dois super presentes de aniversário. Pra quem achou que os acontecimentos do ano passado (ok ok eu sei que tô devendo contar) seriam os últimos a me tirar o fôlego nos meus aniversários, se preparem, porque vem mais coisa boa por aí. E não, a notícia não é que estou grávida! Mas como o presente veio de outra pessoa, vou esperar estar tudo certinho e combinado e ela estar ok com o anúncio geral pra nação.

Então evitando o repeteco de assuntos antigos, as novidades que tenho pra contar e dando uma parada nos posts sobre viagem, fui pegar inspiração dos “ posts na fila “, decidi escrever mais um post sobre um livro que eu li. Ontem conversando com K. me dei conta de como eu leio devagar. A moçoila tenta (e na maioria do tempo consegue) ler dois livros por mês. Ao mesmo tempo. Quando eu crescer eu quero ser que nem ela.

Mr W. vai mais além ainda. Lê uns 4 livros ao mesmo tempo e uns 3 por mês. Preciso assistir menos televisão e ler mais livros. Como as férias esse ano foram ocupadíssimas, não dá tempo de ler no banheiro (pra bom entendedor meia frase basta /:) ) e raramento tenho precisado ir para o escritório, as leituras vão ficando em segundo plano. Preciso rever minhas prioridades!

Primeiro o resumo de livrarias , que no caso foi a Saraiva, pra saber sobre o que a história fala antes de abrir o livro:

Neuf minutes avec Blanda ( Fernanda France ): Tous les jours, après des combats avec l'horloge d'alarme qui donne seulement neuf minutinhos plus de sommeil, Blanda est confronté à la situation suivante: il est presque brisé, chômeurs et votre seule entreprise est le chat Freddy Krueger. Eh bien, pas exactement, car elle sort avec un gars nommé Max, qui n'a jamais vraiment pris la relation. Max est lâche, ne fonctionne pas et fait aussi peu question d'obtenir un emploi, mais ce est précisément avec lui que Blanda est vu sur le point de dire "accepter". Dans un désordre impliquant beaucoup de stress, la porte tournante d'une banque et une petite culotte rose, Blanda connais quelqu'un qui peut changer votre vie. Mais est-ce la réalité peut devenir un conte de fées?

Dans quelle langue je ai lu? Dans l'original, et jusqu'ici le seul, portugais. Je essaie toujours de lire quelques livres en portugais parmi les livres en anglais. Il est bon de pratiquer et ne oubliez pas la langue, l'un des grands dilemmes et les problèmes des expatriés. Comme je l'ai dit mon père, apprendre juste d'écrire ne importe lecture!

Avant mon avis, un temps pour justifier sardines puxação. Fernanda France est un ami proche! Nous avons rencontré au cours de l'école technique, où nous avons assisté la même pièce. Malheureusement (et perlés et souligné) dois dire que nos patotas ne étaient pas près à l'époque et nos expériences complètement différentes. Je suis sûr que je aurais beaucoup appris de cette merveilleuse personne, qui, à travers le destin et blogspot venu de re-trouver ans plus tard, dans un autre pays et un autre continent. Mais cette histoire est pour un autre poste ;)

L'expérience de la lecture: Neuf minutes avec Blanda m'a rappelé après-midi. Vous savez que le film que vous regardez sans compromis mais quand vous commencez peut pas arrêter plus? Ce est facile et agréable à lire, sans compromis, sans avoir à brûler la caboche penser théories, à essayer de comprendre ce qui se passera, sans être compliqué et avec une seule ligne à suivre? Alors! Ce était les neuf minutes avec Blanda pour moi. Cela m'a rappelé les comédies romantiques que je ai lu quand je étais adolescent. Cela m'a rappelé de "The Standard", un gâchis chaude à lire, à se tordre le protagoniste, pour tout fonctionne à la fin.

Le livre a une touche de réalité qui ne est pas toujours les comédies romantiques et une douceur tactile, la bonne humeur et le positivisme difficile de voir de nos jours dans un monde qui aime les romans de vampires, de mystères avec meurtres, d'auto-assistance et des romans complexes suivre.

Ce était aussi agréable de voir un mini-message ci-dessous met les vieux contes de fées. (Pas plus, pas gâcher la fin! : - $ )

Ma recommandation est de donner aux adolescents d'un 15/16 qui sautent la lecture des enfants et des adolescents pour quelque chose de plus adulte, et qui est maintenant un adulte, entre une lecture lourde et un autre, ou comme Mme K. et M. W.-vous lu plus d'un livre en même temps!

E pra acabar, quantas estrelas leva o livro? ★ ★ ★ ★ ★ , claro!

PS: Desde esse livro li mais 2 livros que vão lá pra fila, mas se você estiver procurando dicas antes da minha crítica, todos valeram a pena: “Os Homens que Não Amavam as Mulheres” (mais um título que as editoras mataram no Brasil) do “The Girl with the Dragon Tatoo” por Larsson, Stieg , “O símbolo perdido” do “The Lost Symbol” por Dan Brown. No momento estou lendo “Viver para contar” do “Living to Tell the Tale” do Gabriel Garcia Marquez.
Também atualizei o “Posts na fila” e agora tem todos os passeios do ano passado e alguns filmes que lembrei que assisti, e mais alguns assuntos que têm me animado ou me tirado do sério. Agora só falta correr atrás do atraso nesses posts! Vamos que vamos!

1 clique(s)

Começando pelo final II

… e para continuar o assunto onde parei por “um minuto de silêncio”, e depois dos desejos de Ano Novo (que sempre me deixam meio cabisbaixa) chegou a época do ano que começo a tomar gás de novo. Vamos lá pro Ano Novo de 2012.

Impressionnant Galerie Flickr Erreur - SSL est requis


Muita saudade de tudo isso… 8-|
Mas vamos ver se o blog engata a segunda marcha agora e se logo logo chego no mesmo dia que a folhinha está mostrando ;)

1 clique(s)

Um forte 2013 pra nós todos

E vam'bora pro clichê?
O clichê do ano novo é um dos mais fortes de resistir, e mesmo sendo do contra, eu gosto da tradição de olhar pro ano que passou, e ver o que aconteceu. Mas sendo boa do contra que sou, adoro o fim de ano e detesto o ano novo.

Então, indo de contra do que mãe e pai me ensinaram, vou começar pelo o que eu gosto primeiro, revisando o que aconteceu. Acho que gosto mais por ser algo não me reserva mais nada, que eu lidei, que passou. Surpresas vieram e se foram, coisas boas, ruins, alegres e tristes aconteceram e pronto, mais um capítulo da vida que se fechou. E é gostoso ver como eu lidei com tudo isso.

Começando pela filosofia do ano passado , que lembrem-se substitui as comuns metas de ano novo, acho que tive sucesso. A idéia era evitar brigas, picuinhas, discussões. Muitas vezes durante 2012, respirei fundo, deixei de brigar e parei de procurar discussões. Confesso que me distanciar de certos lugares (virtuais e reais) ajudaram. Meio que estabeleci pessoas bacanas que quero ao meu redor, que me fazem bem, e as com quais havia um atrito, foram deixadas meio de lado.

Foi um ano com viagens gostosas novamente, pra Paris, pros Estados Unidos, Islândia, pra França e várias viagens de final de semana, não a passeio, mas preparando para o grande acontecimento de 2014 : D . Ainda mais gostoso, teve mãe e sobrinha vindo pra cá, e nós todos indo pra Euro Disney.

Dois mil e doze foi um ano que também viu bebês nascendo como lindo Ângelo da amiga Fernanda França , e Menino P., meu sobrinho caçulinha. Trazendo muita felicidade e esperança em nossas vidas! Foi um ano com uma surpresa deliciosa no meu aniversário, e uma surpresa tristonha para fechar o ano. A perda de Grandma B. sempre será uma macha no ano de 2012. Foi um ano corrido com o trabalho, passando por reformulações, com as aulas de piano e canto, indo encontrar garotas legais para uma jantinha jogando conversa fora, telefonando para a família linda e onde sobrou pouco tempo para espremer para o blog, twitter e facebook.

Essa falta de tempo me ajudou muito em minha auto-análise, me ajudou a separar (mais uma vez) quem é amigo, quem é troca de idéias (positivas ou negativas), quem é bacana de encontrar e bater papo, quem se importa comigo – e pra todos os pontos anteriores – vice e versa, como é que as outras pessoas me percebem. Isso fez muita diferença na minha sanidade mental, e me proporcionou melhor qualidade de vida.

Sempre difícil escrever mil maravilhas sobre um ano quando temos perdas, então fica o saldo de um ano que teve dias mais felizes que tristes, mais notícias boas que ruins, e não posso choramingar muito sobre ele não é mesmo?

E como boa do contra, eu não gosto de Ano Novo. Adoro quando fevereiro chega e o Ano novo não é mais novo. Quando é só o ano .

Ano Novo é sinal do desconhecido pra mim. Sei que como boa Pollyana, deveria adorar tudo de bom que o ano poderia trazer, mas eu sempre fui meio suspeita de anos novos. Tenho uma ansiedade de saber, o ano vai ser bom? Vai ser ruim? Alguém vai morrer? Ora, não quero que ninguém se vá nesse -ou em qualquer outro – ano! Vou ser promovida? Vou ser despedida? Vou ganhar no Euromillions? Vou ter muito stress? Vai ser tranqüilo? Meus amigos não vão embora? Vou perder alguma amizade? Vou conhecer alguém novo?

Nunca me lembro de ter sido animada com a promessa do ano novo. Por isso eu não tenho metas para o ano. Esse ano não quero nem ter uma idéia ou filosofia. Mas vou me concentrar nas idéias de 2011 o que me parece uma boa, a de ser a mudança que quero no mundo.

Se bater a preguiça pra ir ver o vídeo post-it lá, veja aqui!


Sempre achei que desejar feliz ano novo é meio vazio. Nenhum ano novo é completamente só feliz. Nem que seja algum mequetrefe que te feche no farol, sempre vai ter alguns momentos do ano em que a cobra vai fumar, e vão ter anos que vão ser apáticos, em que nada demais vai acontecer. Então eu desejo um ano forte pra você.

Forte, pra você ter muita saúde.
Forte pra você se proteger de qualquer violência e qualquer tragédia.
Forte pra se e quando você tiver momentos tristes, nervosos, ansiosos, negativos, você tenha força de saltar os obstáculos.
Forte mentalmente, e que tenha a sabedoria de reconhecer o que te faz feliz e aproveite esses momentos com muita alegria, sempre!

0 clique(s)